S'il y a un spectacle à ne pas rater en Sud Vendée Littoral, c'est l'arrivée des grues cendrées sur la Réserve Naturelle. Quoi de plus magique que de voir jusqu'à 600 grues animer le site de leurs cris et de leurs danses.

Certains d’entre nous aiment l’hiver, à l’heure des premiers flocons de neige, des préparatifs de Noël et des feux dans la cheminée… Pour moi l’hiver prend une allure particulière lorsqu’en regardant le ciel, j’aperçois leurs formes majestueuses qui se laissent porter par le vent. En tendant l’oreille, je reconnais leur étrange « gru-gru »… Plus de doute possible, l’hiver est là et avec lui, le retour des Grues Cendrées ! C’est pour venir les observer, timides et farouches que j’ai suivi l’animation proposée par Katia Raimbault. Elle est animatrice à la Réserve Naturelle Nationale Michel Brosselin à Saint-Denis-du-Payré.

Majestueux ballets des grues

En fin d’après-midi, nous rejoignons le poste d’observation en plein cœur du marais communal. Bien à l’abri dans cet observatoire aménagé au bord de leur zone de quiétude, nous assistons au spectacle unique de rentrée au dortoir. Quelques hôtes de ces lieux et une buse variable, sont là comme nous… et attendent en silence…. Le soleil se couche peu à peu, le spectacle de la nature est à couper le souffle.

Gru Gru

Puis soudain, leurs cris sonores brisent le calme du ciel et l’horizon se couvre de dizaines, de centaines d’oiseaux. Leur arrivée vers leur zone de dortoir dure une bonne demie heure. Nous profitons de la vue imprenable sur ce spectacle magique et le soleil couchant.

L’animation grues se termine. J’en ai pris plein les yeux et les oreilles… les grues sont de grands échassiers bruyants. J’ai envie d’en savoir plus, d’aller plus loin, de les croquer, de les photographier. Fort heureusement, la Réserve propose dans les jours suivants des stages dessins ou photographies. C’est parfait ! Avant de me décider totalement, je m’inscris à une animation levée du jour. Au petit matin, après une nuit de pleine lune, j’assiste au réveil de la réserve et de ses habitants, dans une atmosphère feutrée.

Stage de dessin naturaliste

Finalement, je me décide pour le stage dessin organisé par Olivier Loir. Je veux m’essayer au dessin d’oiseaux sur « le vif ». Me voici donc partie avec mes jumelles, mon carnet de croquis et mes crayons !

L’illustrateur naturaliste nous apprend à capter les formes, évacuer les détails, assouplir notre poignet pour libérer notre geste. Dans la salle, chacun des participants essaie de saisir les têtes, les postures ou certains détails. On prend le temps de visualiser les bons repères pour se souvenir de ce qu’il faut regarder en priorité. Place à la pratique sur le terrain !

Les prairies humides offrent un grand terrain de jeu à de nombreuses espèces. Elles seront donc nos modèles du jour. Le temps semble suspendu. Le soleil d’hiver réchauffe doucement leur plumage. Les espèces les plus communes s’observent facilement à l’œil nu : Canards siffleurs, Sarcelles d’hiver, Tadorne de Belon. Au loin, les Barges à queue noire, élégantes sur leurs longues pattes, sillonnent les herbages humides en sondant le sol avec leur bec. Spatules, Cigognes blanches et Vanneaux huppés compètent le tableau.

Chacun prend place avec son carnet de croquis dans l’observatoire. Les longues-vues offrent un confort d’observation incroyable. Il nous faut être rapides et efficaces puisque les oiseaux vivants, n’attendent pas qu’on ait fini notre dessin pour changer de position !

La fin de journée s’achève par les retouches nécessaires, une mise en couleur à l’aquarelle dans une ambiance studieuse mais décontractée. Je garde maintenant une jolie trace de mon passage à la Réserve. Après le magnifique concert des grues cendrées, de jolis croquis à montrer à mes amis.

Commentaires

Aucun commentaire.


Ajouter un commentaire