Quand arrive le printemps, les bêtes trépignent d'impatience dans leur abris. Elles attendent avec un fort empressement de sortir dans les prairies du Marais poitevin, pour retrouver leur liberté. L'ouverture des communaux ou toucher du communal, comme disent les anciens, est souvent l'occasion d'une grande fête. Balais des camions, frénésie des bêtes lorsque la porte s'ouvre après le dernier contrôle vétérinaire, curiosité des badauds, rythment la journée.

Les communaux

Les marais communaux sont de vastes prairies naturelles inondables. Ce sont des terres gagnées sur la mer lors des travaux d’assèchement des marais au 10ème siècle. Lieux de pêche, de chasse et de pâture des troupeaux, ces terres étaient souvent laissées aux plus pauvres. À la révolution française, les communaux deviennent biens nationaux et sont donnés aux communes. Zone d’épandage des crues en hiver, les communaux sont sources d’une grande biodiversité. Aujourd’hui, de nombreuses communes ont conservé leur communal, mais peu en font encore un lieu de pacage collectif.

En Sud Vendée Littoral, subsistent des communaux collectifs à Lairoux, Chasnais, les Magnils-Reigniers, Nalliers, Vouillé-les-Marais et la Taillée.

Le toucher du communal

Chaque année en avril, lorsque l’eau des crues a quitté les baisses, le communal est prêt à accueillir les vaches et les chevaux. Les éleveurs paient alors une taxe par tête aux communes, afin d’y mettre leurs bêtes. Un dernier contrôle vétérinaire pour vérifier que les bovins soient en bonne santé, un traitement antiparasitaire et c’est la liberté tant attendue.

Assister à la mise à l’herbe, c’est partager la joie des vaches quand elles mettent un sabot dans la prairie. Elles offrent un spectacle de cavalcades, de ruades, de joyeux meuglements. Elles sont heureuses et ce bonheur est contagieux. Pour les plus grands communaux, ce sont près de 400 bêtes qui sont introduites chaque année. Vous comprenez que pour emmener autant de vaches, il y a de nombreuses rotations de camions à étages et remorques. Autant de passages qui font pétiller les yeux des plus petits comme des plus grands !

Le toucher du communal donne lieu à une grande fête conviviale, animations, marchés du terroir ou exposition sont au rendez-vous.

La contention

Vous avez raté l’ouverture du communal, rien de grave ! Des sessions de rattrapage ont lieu à la fin du mois d’août, en septembre et en octobre, pour la sortie des bêtes. On parle alors de contention. C’est un tout autre spectacle qui s’offre à l’aube. Des cowboys envahissent le marais pour rassembler les bêtes. Telle une scène de Far-West, les cavaliers et leurs montures font preuve de prouesses techniques pour ramener les troupeaux vers le parc de contention. Eh oui, c’est l’heure de la sortie pour certaines vaches !

juste pour le plaisir

Les communaux se laissent également découvrir en randonnée (presque) toute l’année. Attention aux périodes très pluvieuses, cela reste des prairies humides.